Bloovee

Peut-on installer une borne de recharge avec un compteur intégré ?

borne de recharge

Le tableau électrique est l’élément central d’une installation électrique. Son rôle est de distribuer le courant continu dans toutes les prises électriques de la maison. Il intervient également pour une question de sécurité. Mais les conducteurs de voitures électriques se posent souvent une interrogation légitime, le compteur intégré est-il suffisant pour recevoir une borne de recharge ? À première vue, cette configuration n’est pas contradictoire. Il faut juste remplir quelques conditions.

Les prérequis avant l’installation d’une borne de recharge

Le chargement du véhicule électrique initie un pic de consommation. Autrement dit, tous les appareils électroniques fonctionnent en même temps avec le chargeur de voiture à l’instant t. L’information à connaître est qu’un compteur fournit une puissance précise dans l’habitat. Il n’est pas possible d’excéder cette puissance au risque de faire sauter le disjoncteur ou de brûler le câble. Parfois, la carence en énergie se traduit par un arrêt intempestif de l’approvisionnement en électricité.

Pour que la borne de recharge puisse fonctionner, le disjoncteur principal doit avoir la puissance adéquate. Théoriquement, la puissance disponible est le résultat de la soustraction de toutes les dépenses énergétiques du foyer.

Une borne de recharge requiert une puissance électrique de 7,4 kW, 11 KW ou 22 kW. La puissance dépendra en grande partie du dispositif et du véhicule. Au-delà de ces valeurs, la prise de type de 2 doit céder sa place à une autre prise. Il y a par exemple le combo CCS. Ce dernier est perceptible sur la plupart des véhicules récents. Il marche sur une borne électrique DC 50 KW voire plus.

Le courant d’une habitation peut également être monophasé ou triphasé. Pour simplifier, les deux proposent une puissance électrique différente. Le monophasé utilise trois câbles de raccordement. Selon les normes électriques en vigueur, les câbles sont colorés en rouge et noir. Le câble neutre est teinté en bleu. Dans le cadre d’un courant triphasé, il est possible de voir quatre câbles. Trois fils sont dits conducteurs de phase tandis que le dernier fera office de câble neutre.

En utilisant des appareils qui ne sortent pas de l’ordinaire, il est envisagé d’employer le monophasé. Pour les dispositifs énergivores, il est préférable de miser sur le triphasé. Tous ces éléments doivent être maîtrisés et vérifiés avant la pose d’une borne de recharge.

Tout est en lien avec la puissance

En présence d’un courant triphasé, la différence de tension enregistrée est de 400 volts. Il faut s’attendre à 230 volts pour le monophasé. Il suffit ensuite de multiplier ces valeurs avec l’intensité indiquée sur le disjoncteur. En monophasé, l’installateur certifié verra par exemple 40 A sur l’équipement. La puissance est donc de 9,2 kW après un calcul.

De son côté, le triphasé peut apporter une puissance de 17 A. En revanche, le calcul n’est pas si simple comme sur le monophasé, car la formule indique une multiplication avec la racine carrée de 3. En pratique, le 400 V x 40 A x 1,73 donne près de 11,7 KW.

Toutes les consommations énergétiques du ménage seront ensuite additionnées entre elles. Le propriétaire use par exemple d’une chaudière, lave-linge, ordinateur… Puis, le total sera soustrait avec le 9,2 ou le 11,7 kW. Deux résultats peuvent être mis en évidence. D’une part, la puissance est suffisante pour l’utilisation de la borne de recharge. Le propriétaire du véhicule ne prévoira donc pas d’autres installations. De ce fait, oui, le compteur intégré est largement satisfaisant.

Dans le cas inverse, il s’avèrera nécessaire de contacter un gestionnaire du réseau. Il montera la puissance du compteur. L’autre solution est d’installer un tableau électrique secondaire. Il aura pour responsabilité d’alimenter exclusivement la borne de recharge. Le propriétaire peut aussi mettre à l’arrêt une partie de ces équipements électroniques au moment de charger sa voiture.

Un raccordement monophasé ne pourra pas charger un véhicule triphasé. En revanche, le contraire constitue une option. Cela signifie qu’il est impératif de tenir en compte les caractéristiques de la voiture électrique avant de décider.

Comment réussir le branchement électrique ?

Un disjoncteur différentiel sera aménagé dans le logement. Il protègera à la fois les biens matériels et les résidents. Il est notamment sollicité pour éviter les fuites de courant. Il peut être de classe A ou F. Certaines bornes de recharge intègre d’ores et déjà un disjoncteur différentiel. Il faut aussi disposer d’un disjoncteur divisionnaire. En principe, la présence de l’élément est obligatoire dans une installation électrique.

Les bornes en monophasé ne parviennent pas à émettre une puissance maximale de 7,4 kW – 32 A. À partir de 11 et 22 kW, le conducteur devrait passer en triphasé. Leurs intensités sont successivement 16 et 32 A. Cela prévoit de modifier le différentiel en triphasé. Il faudrait aussi rajouter des peignes de raccordement. La chose à savoir est qu’il s’agit d’une opération complexe. L’intervention du fournisseur est donc indispensable. À noter que le propriétaire peut demander le raccordement en triphasé durant les premières installations électriques de l’habitat. La commande peut en revanche coûter cher au départ.

La longueur du câble peut pareillement impacter l’approvisionnement en électricité de la borne de recharge. Il est par exemple utile d’augmenter la section pour un câble long. Dans le cas contraire, il peut y avoir une chute de tension.