Bloovee

Qu’est-ce que la prise CHAdeMO et pourquoi l’utiliser ?

prise CHAdeMO

Les voitures électriques n’utilisent pas toutes la même prise de recharge. Il existe un grand nombre de déclinaisons qui servent plus que d’autres. C’est le cas notamment de la prise CHAdeMo que l’on trouve principalement sur les voitures asiatiques. Focus sur cette prise qui fait beaucoup parler d’elle.

Prise CHAdeMO, qu’est-ce que c’est exactement ?

La prise CHAdeMO est dédiée aux recharges rapides et se trouvent principalement sur les véhicules de marque japonaise. Son nom est issu d’un jeu de mot japonais « O cha demo ikaga desuka » qui signifie « Prenons un thé pendant qu’on charge ». Cette prise a vu le jour dans le souci de normaliser les connectiques vendues sur le commerce. Parmi les modèles les plus réputés qui utilisent ce type de charge, on retrouve le Mitshubishi Outlander PHEV, la Nissan Leaf, La Peugeot Ion, la Citroën C-Zéro, la Tesla Model S et Model X…

La prise CHAdeMo est une technologie innovante de batterie de véhicule qui prend de l’avance sur ses homologues. Effectivement, elle permet de recharger la batterie d’une voiture électrique sans interruption jusqu’à 400 kW. Cela n’est pas encore autorisé sur les bornes de recharge des véhicules pour le moment. Au moment de sa livraison, la prise est accompagnée de trois niveaux de limitation de puissance de 50, 150 et 400 selon la nature et les caractéristiques du véhicule.

Petite histoire sur ses origines

Les prises CHAdeMo ont été lancées en 2010 grâce à l’association de grands noms comme Nissa, Mitsubishi, Subaru. Toyota a rejoint les rangs peu après. La prise répond aux besoins de recharge rapide tout en réduisant les coûts de fabrication du véhicule. Celle-ci a été introduite au Japon et s’est ensuite exportée à l’international en accompagnant la réussite prépondérante de la Nissan Leaf. Elle est en forte concurrence avec le Combo CCS. Les constructeurs japonais comptent innover d’ici peu en raison des grandes innovations sur le V2G et ses nombreuses variantes. C’est pourquoi, afin de développer des villes intelligentes dans les meilleurs délais, l’association CHAdeMO a interpellé plusieurs fois l’UE en vue de garder les 2 modèles standards sur son territoire.

En 2020, une alliance est établie avec les géants de l’électricité pour un possible lien avec la version GB/T et avec le Combo CS. Il semblerait que le projet ChaoJi devrait être concrétiser courant 2021 sur la V3 du CHAdeMO.

Comment fonctionne une prise CHAdeMO ?

CHAdeMO permet de recharger directement sans interruption sur les véhicules qui en sont dotés. Elle se caractérise par son mode de rechargement. Ce n’est pas le véhicule qui héberge l’alimentation en courant continu, mais c’est la borne. L’approvisionnement en énergie est mené par l’engin qui contrôle l’état de la batterie en tout temps et diffuse les consignes via son bus CAN. Cette organisation fournit des puissances de recharge importantes. Grâce à cela, il est possible d’englober les dépenses liées au chargeur du véhicule aux bornes.

En général, la prise CHAdeMO première génération a été difficile à manœuvrer. Il fallait avoir une bonne prise de main pour la charger. Mais depuis 2011, le protocole a connu des révisions en nombre. Dans les dernières versions, la maîtrise est plus pratique et plus rapide. À ce jour, une prise CHAdeMO se connecte et se débranche plus facilement par une simple pression d’un bouton.

À quelle puissance s’attendre avec une recharge CHAdeMO ?

Le protocole CHAdeMO permet de dépasser largement les 22 kW en courant continu. Comparé à une prise domestique classique, l’écart est flagrant. Les prises CHAdeMO peuvent atteindre les 100 kW, voire plus. Grâce à elles, les temps de recharge sont réduits d’une manière significative. La promesse des recharges CHAdeMo est d’arriver à délivrer jusqu’à 400 kW dans les temps à venir. Sur une prise domestique, il faut attendre 6 à 8 heures pour atteindre 80 % en 30 minutes ou une heure (ces données changent selon les modèles, bien sûr). En revanche, la prise CHAdeMO fonctionne uniquement en courant continu. Pour recharger sur du courant alternatif lent, il faut utiliser une prise de Type 4. Concernant le nombre de bornes, 6 000 stations sont éparpillées en Europe depuis 2017 – ce chiffre progresse rapidement.

En fonction des besoins des véhicules, les bornes CHAdeMO sont à même d’augmenter progressivement la puissance tout en y intégrant de nouvelles fonctionnalités :

  • 2011/ CHAdeMO v0.9 : 50 kW (400 volts – 125 ampères).
  • 2016/ CHAdeMO v1.2 : 150 kW (400 volts – 400 ampères) avec la fonctionnalité V2X. Celle-ci permet d’alimenter des dispositifs externes tels que la maison ou autre VE. Il est également possible d’introduire de l’énergie de la batterie sur le réseau électrique.
  • 2018/ CHAdeMO v2.0 : 400 kW (1000 volts – 400 ampères).
  • 2021/ CHAdeMO v3.0 : 500 kW (1000 volts – 600 ampères) et peut supporter jusqu’à 900 kW (fruit de la collaboration avec la Chine pour s’interagir avec la recharge GB/T).

Les différentes révisions

La révision 2018 fait face au concurrent direct Combo CCS. Celle-ci a été développée par les constructeurs américains et européens. Elle se base sur une méthode de gestion de l’échauffement du connecteur et du câble. Elle intègre un système inédit, appelé « Plug&Charge », qui permet la communication de la voiture et de la borne en vue d’avoir une meilleure facturation sans badge.

La version 3.0 est équipée d’un dispositif qui refroidit le liquide et d’un verrouillage automatisé. Ainsi, les prises deviennent plus compactes et les câbles — plus fins.